Recherche scientifique

Le gymnase augmenté va permettre de faire progresser la recherche dans de multiples dimensions. Il doit être conçu comme un équipement d’excellence scientifique, ouvert à tous les sujets disciplinaires comme interdisciplinaire ; en particulier, le gymnase permet la recherche technologique sur les interfaces entre réel et virtuel à grande échelle, la recherche sur le mouvement, le geste et le sport et certains nouveaux champs de recherche thérapeutique.

La taille de cet espace offre la possibilité de concevoir des dispositifs technologiques de captation de mouvement et dispositifs haptiques7 nouveaux.

Certaines collaborations8 sur le son ressenti physiquement par le toucher de façon simultanée dans les deux mondes réels et virtuels vont pouvoir prendre une nouvelle dimension. L’étude des interfaces entre réel et virtuel est également prometteuse : comment manipuler le monde virtuel dans un espace physique de grande taille, au sein d’un groupe important de participants?

 

Par ailleurs, le gymnase connecté serait le plus grand espace équipé de dispositifs de captation de mouvements de l’agglomération parisienne. Il permettrait l’analyse de mouvements de sportifs de haut niveau9 ainsi que l’étude des performances de joueurs de clubs amateurs de sports indoor. Ce type de données est rare dans un contexte d’utilisation réelle. Le gymnase augmenté sera un lieu d’usage mixte ouvert à de nombreux sports. Il est essentiel que les données captées soient mises à disposition des sportifs (professionnels et amateurs) de façon ouverte et lisible. Ils pourront ainsi s’en saisir pour améliorer leurs propres performances individuelles ou collectives.

La taille de cet espace connecté offre la possibilité d’étudier le mouvement à grande échelle, du geste individuel à la chorégraphie d’un groupe de danseurs. Les équipes de recherche pourront étudier l’émergence de la complexité dans les comportements de groupe. L’ouverture du lieu à différents publics permet par exemple l’étude des mouvements dans la danse moderne, ou ceux de jeux d’enfants non supervisés. Ce type de données est difficile à acquérir dans un lieu purement scientifique (hôpital, laboratoire) où les comportements sont forcément influencés par l’environnement.

Au coeur de sa mission, le CRI veut développer la recherche-action sur la relation entre l’environnement numérique et ses possibilités d’apprentissage augmenté. Le gymnase connecté s’ouvrira aux écoles voisines qui pourront expérimenter de nouveaux dispositifs pédagogiques, qui feront eux-même l’objet de recherche (efficacité, rétention des aptitudes acquises, etc.).

Enfin, le champs de l’étude thérapeutique comportementale grâce à immersion dans un univers virtuel est en plein essor. Un espace de réalité augmentée aussi vaste rendrait possible de nouveaux traitements : agoraphobie, ochlophobie, etc.